L’ami

Me voilà grandi,

D’un grain de folie.

Je veux juste,

l’air d’un temps,

Croire et laisser,

Tous les atouts.

Du trèfle au pique,

Faire carreau ,

A ces cœurs,

Qui quittent la vie ,

Sans cri !

Je n’abandonnerai,

Tes pensées,

Toi l’être brave,

A qui toujours,

On peut se confié,

Sur la lame ,

D’une nuit.

se lève le jour ,

Et sans toi l’ami,

Le cours de la vie.

je continue alors,

Trêve de mots,

D’un sourire d’or,

Des quelques verbes ,

Que tu m’as dit.

Pour juste m’emballer

A une douce vie.

Mon ami.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s